[Sahîh al-Boukhârî] Le sang d’un musulman est permis

Le sang du musulman permis

Le sang d’un musulman, qui atteste qu’il n’y a d’autre divinité que Dieu et que je suis l’Envoyé de Dieu, n’est permis que dans l’un des trois cas suivants : vie pour vie, l’homme ou la femme marié(e) commettant l’adultère, l’apostat qui s’écarte de la communauté musulmane.