[Sahîh al-Boukhârî] Tuer l’apostat avant de s’assoir pour discuter

Tuer l'apostat avant de s'assoir pour discuter

Il envoya effectivement Aboû Moûsâ au Yemen, puis Mou’âd Ibn Jabal le rejoinit (à son poste). Lorsqu’il arriva chez Aboû Moûsâ au Yemen, celui-ci lui tendit un coussin et lui dit : « Descends de ta monture ! ». Un homme ligoté se trouvait chez le gouverneur. Mou’âd demanda : « Qu’a-t-il, celui-là ? » Aboû Moûsâ répondit : « Il était de confession juive, puis il embrassa l’islam et retourna ensuite au judaïsme. » Aboû Moûsâ invita Mou’âd à s’asseoir, mais ce dernier répondit : « Non ! Je ne m’assiérai qu’après l’exécution de cet homme », et il répéta trois fois: Tel est le jugement de Dieu et de son Envoyé. » L’apostat fut alors mis à mort sur ordre d’Aboû Moûsâ.

[Sahîh al-Boukhârî] Récompense pour ceux qui tuent des apostats

Récompense pour ceux qui tuent des apostats - Vrai islam

Sachez que si je vous transmets des hadîths d’après le Prophète, j’aimerais mieux choir du ciel plutôt que de lui attribuer ce qu’il n’a point fait ni dit. En revanche, si je vous parle des affaires de ce monde, sachez que la guerre est tromperie. J’ai entendu le Prophète dire : « On verra naître à la fin des temps,

Al-Khidr : portons-nous un bout de Daesh en chacun de nous ?

Al-Khidr : meurtre d'un gamin ou sagesse divine ?

Récemment en lisant soûrate al-Kahf (la Caverne), j’ai découvert un verset m’a interpelé en particulier. Ce verset retrace l’histoire de Moïse qui fut envoyé à al-Khidr (personnage doté d’une connaissance supérieure), afin qu’il puisse bénéficier de son savoir. Ce dernier fait comprendre à Moïse qu’il ne pourra pas supporter, mais après une négociation il accepte de le guider à condition de ne poser aucune question. Le verset raconte que al-Khidr aurait pris un gamin sur le chemin et l’aurait tué

[Sahîh al-Boukhârî] Brûler vifs les apostats

Daesh fait brûler vifs les apostats

On amena des apostats (zanâdiq) devant le calife ‘Alî Ibn Abî Tâlib : il les fit brûler vifs.
En ayant été informé, ‘Abdallah Ibn ‘Abbâs dit : « Si j’avais été à sa place, je ne les aurais pas brûlés, car le Prophète avait dit : « N’infliger pas le supplice du feu, car seul Dieu punit par le feu ! » je les aurais tués conformément au dire du Prophète : « Tuez quiconque qui abjure sa foi. »