[Sahîh al-Boukhârî] Le sang d’un musulman est permis

Le sang du musulman permis

Le sang d’un musulman

Référence :

Sahîh al-Boukhârî

Livre 87 : Le livre des prix du sang

Bâb  6 : Dieux le très haut dit : « Nous leur avons prescrit : vie pour vie, oeil pour oeil, nez pour nez, oreille pour oreille, dent pour dent. Quant aux blessures, elles tombes sous la loi du talion. Quiconque y renonce par charité cela lui vaudra une expiation de ses péchés. Et ceux qui ne jugent pas selon ce que Dieu a fait descendre ce sont ceux-là les injustes »

(Sourate 5, al-Mâ’ida, verset 45).

Hadîth :  6878

Sanad :

‘Omar Ibn Hafs (Ibn Ghiyâth an-Nakh’î) nous a rapporté : mon père (Hafs Ibn Ghiyâth an-Nakh’î) nous a rapporté que al-A’mach (Soulaymân Ibn Mihrân) nous a rapporté selon ‘Abdallah (Ibn Mas’oûd) qui dit:

Matn en français :

L’Envoyé de Dieu dit : « Le sang d’un musulman, qui atteste qu’il n’y a d’autre divinité que Dieu et que je suis l’Envoyé de Dieu, n’est permis que dans l’un des trois cas suivants : vie pour vie, l’homme ou la femme marié(e) commettant l’adultère, l’apostat qui s’écarte de la communauté musulmane. »

 

Matn en arabe :

حَدَّثَنَا عُمَرُ بْنُ حَفْصٍ، حَدَّثَنَا أَبِي، حَدَّثَنَا الأَعْمَشُ، عَنْ عَبْدِ اللَّهِ بْنِ مُرَّةَ، عَنْ مَسْرُوقٍ، عَنْ عَبْدِ اللَّهِ، قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم ‏ « ‏ لاَ يَحِلُّ دَمُ امْرِئٍ مُسْلِمٍ يَشْهَدُ أَنْ لاَ إِلَهَ إِلاَّ اللَّهُ وَأَنِّي رَسُولُ اللَّهِ إِلاَّ بِإِحْدَى ثَلاَثٍ النَّفْسُ بِالنَّفْسِ وَالثَّيِّبُ الزَّانِي، وَالْمَارِقُ مِنَ الدِّينِ التَّارِكُ الْجَمَاعَةَ ‏ »‏‏.‏

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *