Burkini: c’est quoi le problème au juste ?

La polémique burkini

Cette semaine a été un peu mouvementée au niveau du « débat » politique et pour cause: le burkini. Provocation pour les uns, liberté individuelle pour les autres, nous avons eu droit à un remake de la polémique sur le voile, qui forcément cristallise beaucoup de tension et polarise la société.

Burkini, la plémique
Source: Wikipédia

Pour résumé, le sujet est: faut-il interdire le burkini?

Le burkini est une espèce de combinaison de nage qui couvre tout le corp et qui possède une capuche / bonnet pour couvrir également la tête. Cette tenue est utilisée par les musulmanes qui veulent se baigner dans la mer tout en respectant leurs convictions religieuse et/ou de pudeur.

Certains élus veulent interdire ce vêtement dans les plages pour cause de provocation islamiste, non compatibilité avec la laïcité de la république, troubles à l’ordre public… bref chacun avance ses arguments.

 

A première vue

Du point de vue de la liberté :

Au pays de la liberté, à priori chacun est libre de s’habiller comme il le souhaite, et par conséquent, une femme a le droit de choisir la tenue de baignade qu’elle préfère. La majorité des gens choisissent des maillots de bain classiques, mais parfois on peut voir des tenues un peu exotiques (dans un sens ou dans l’autre).

Du point de vue de la laïcité :

Peut-on parler d’obligation de laïcité à la plage ?! ça n’a aucun sens puisque c’est l’état qui doit être laïque et neutre vis-à-vis des religions mais les citoyens sont bien libres de choisir et de pratiquer une religion, individuellement ou en groupe, en public ou en privé. La laïcité n’a nullement comme  objectif d’obliger les gens à cacher leur religiosité. C’est plutôt l’inverse, dans le sens où elle garantit à chacun de vivre librement sa croyance sont être persécuté ou défavorisé par l’état, si cette dernière ne correspond pas à la pratique la plus répandue.

Du point de vue de l’ordre public :

Est-ce qu’une femme qui nage avec une combinaison pourrait susciter des émeutes pour parler de troubles à l’ordre public ?! Personnellement je ne vois pas pourquoi ni comment un tel scénario pourrait se produire. Cet argument me parait un peu hors-sujet.

Du point de vue de l’égalité :

Certaines personnes, notamment des femmes, parlent de symbole d’oppression de la femme. Au nom de la liberté des femmes on veut leurs interdire de mettre ce qu’elles veulent. Je trouve cette démarche très prétentieuse et irrespectueuse. C’est le même état d’esprit que tous ces hommes qui veulent obliger les femmes à porter un voile… L’idée serait que ces femmes ne savent pas ce pas ce qui est bien pour elles, du coup on doit choisir à leurs place comme ça on est certain de faire le bon choix.

Effectivement je peux comprendre que certaines femmes n’aiment pas du tout ce style vestimentaire;  et c’est tout à fait leur droit. Cependant, l’être humain reste une créature complexe, et ce qui bien pour les uns ne l’est pas forcément pour d’autres. Des gens se font tatouer le visage. Un choix que je n’aime pas, que je ne comprend pas, que je ne ferais jamais, mais que je respecte, car il est important que chaque personne puisse faire les choix qu’elle estime bons pour elle.

A ceci s’ajoute la complexité de la mise en pratique d’une telle interdiction.  Un burkini est un vêtement pour nager, qui cache le corp de tête aux pieds. Du coup si une femme va à la plage portant un jean, un pull et un voile et se pose sans se baigner, est-ce considéré comme un burkini ?

  • Si la réponse est non, du coup se retrouve dans une situation un peu délicate, puisque cette femme est couverte de tête aux pieds. Qu’est-ce qui définit un burkini au final ? Le fait de nager ? La matière de fabrication ? La marque ?
  • Si la réponse est oui, du coup ne devons aller jusqu’au bout de la logique et interdire tout simplement de mettre le voile et des vêtements qui couvrent tout le corp. Il n’y aucune raison de l’interdire à la plage et pas ailleurs. Et là on se retrouve dans une mesure anti-démocratique et discriminatoire.

Du point de vue de l’hygiène :

Eventuellement la question pourrait se poser pour une piscine. En général, les piscines impose des maillots de bain spécifiques pour des raisons d’hygiène. Mais pour une plage, ce problème ne se pose pas.

 

Du coup c’est quoi le problème ? 

Je pense que objectivement il n’y a aucune raison sérieuse pour justifier l’interdiction du burkini. Ceci étant dit, est-ce pour autant il n’y a aucun  problème ?! La réponse est NON.

Il y a bien un problème et un malaise dans notre société. Le burkini n’en est pas la cause mais plutôt le symptôme.

Pour le comprendre il suffit d’imaginer une personne à la plage avec une combinaison de surf, ou bien un sick avec son turban. Est-ce qu’un tel scénario aurait provoquer droit à une telle polémique ? Evidemment que non (en tout cas je ne le pense pas).

Origine de l’hostilité :

Cette hostilité est dû principalement à ce que symbolise ce fameux burkini. Non pas qu’il symbolise l’oppression des femmes, comme essaient de le faire croire certaines personnes (intentionnellement ou pas), mais il symbolise l’islam et la communauté musulmane. Loin de moi l’idée d’une haine des français pour les musulmans au point de les vouloir les éjecter des plages, mais plutôt  la résultante d’une vingtaine d’année de délinquance de racaille maghrébine et d’incivilité des islamistes qui ont fini par pourrir la vie à tout le monde.

Entre les incivilités « au nom de la religion » dans une logique de caïdat / soldat d’Allah,  du type prière dans les bureaux, tapage nocturne à la sortie des mosquées, aggression de personnes pour leur tenus vestimentaires,  j’en passe et des meilleurs… et les petits voyous qui vivent de drogues et de vols, et qui brillent par leur violence notamment en agressant des personnes agés, en brulants des voitures et en caillassant des pompiers…

Ces deux spécimens prolifèrent depuis des années et exaspèrent tout le monde. Ils laissent un gout amère d’injustice et d’impunité qui s’exprime par l’envi d’étouffer toute expression symbolisant la « musulmanité ».

J’entends bien que ces gens ne peuvent pas être considérés comme des musulmans pieux, mais la question n’est pas là. Aujourd’hui « musulman » ne fait plus référence à une pratique religieuse, mais plutôt à un groupe éthnico-culturel. Donc musulman veut dire, plus maghrébin que pratiquant orthodoxe de l’islam. Et par conséquent toute spécificité maghrébine pourrait être ressentie comme une provocation.

Par exemple, je sort dans le métro un bouquin en arabe, ça pourrait être ressenti par certains comme une provocation (même si sont contenu pourrait traiter de laïcité dans le monde musulman). Et à contrario, si je sors un bouquin en espagnol il ne suscitera aucune méfiance ni suspicion (même avec un contenu suspect). Il faut mettre son ego de coté et essayer de comprendre la dynamique qui est entrain de se mettre en place.  Il y a un certain ral-le-bol des islamistes suite à tous ce que nous avons vécu comme atrocité djihadiste ces dernières années. J’entends par islamiste, tous ces gens pour qui, l’islam est un projet politique et sociétal et pas seulement une spiritualité personnelle.

Du coup quand une personne musulmane vient avec sa spécificité religieuse à la plage, un endroit où les gens normalement sont en maillot de bain, et donc exhibent leurs corps, se regardent, se draguent voir plus si affinité… La question qui se pose, une personne « pieuse » qu’est-ce qu’elle vient faire dans un endroit de « débauche » où les gens sont à moitié nus ?!

C’est une démarche à minima schizophrène, à maxima provocatrice… Soit la personne cherche la pudeur, et elle va à des endroits où la pudeur est l’état naturel des choses,  soit elle n’a pas de problème spécifique avec l’exhibition du corp, du coup elle n’a pas besoin d’une tenue de baignade qui sort de l’ordinaire.

Mais encore, on sait où ça commence mais jamais où ça se termine. La question légitime qui se pose c’est quoi la suite ? Faire la prière à la plage ?! Des récitations collectives de coran après la baignade ?! Des salafistes en djellabas dans les bars de salsa ?!

En tant que musulmans nous somme très à cheval sur notre liberté en France, par contre nous avons beaucoup de mal à faire de même pour dénoncer le manque de liberté dans les pays musulmans. Les mêmes musulmans qui parlent aujourd’hui de liberté pour le burkini, ne vont jamais demander la même liberté pour les femmes en Arabie Saoudie ou la liberté de manger publiquement durant le ramadan au Maroc pour celles et ceux qui le veulent. Ce double standard de liberté dans la bouche des musulmans de France, résonne un peu avec un fond d’hypocrisie et génère l’hostilité et la suspicion.

Le politique dans tout ça :

La délinquance et l’islamisme sont deux problèmes assez sensibles et complexes à traiter, et ne peuvent être résolu par des arrêtés ou des lois. Les rentiers de la politique le savent très bien (ou pas d’ailleurs) mais ont besoin malgré tout, du grain à moudre. Le plus simple et rentable pour eux est d’attaquer les symboles: tenues des musulmanes, lieux de cultes, nourriture halal…

Objectivement ces symboles ne font de mal à personne, mais permettent de se positionner par rapport au débat suscité.  In fine, l’objectif reste un objectif de communication auprès des électeurs. On crée l’illusion qu’on travaille sur leurs problèmes, sans pour autant résoudre quoi que ce soit. Que ces arrêtés soient validés ou pas, ça ne changera rien dans notre société. Il suffit de voir les résultats obtenus avec tous les débats d’avant : voile, burqua, halal…

D’autant plus que « notre » diplomatie n’a aucun problème à vendre des armes et des biens à l’Arabie Saoudite et au Quatar, premiers pourvoyeurs de l’intégrisme religieux…

Pour résumer :

  1. L’incivilité et délinquance des racailles et islamistes pourrissent la vie à tout le monde et crée de la rancune anti-musulmanes.
  2. La rancune anti-musulmane provoque du rejet des symboles de l’islam, voir des musulmans tout cours pour les plus extrêmes.
  3. Ce rejet des symboles de l’islam donne aux musulmans respectables du quotidien, le sentiment d’être le souffre-douleur de la nation avec ces débats et attaques perpétuels, et par conséquent ça provoque un repli identitaire et un certain communautarisme.
  4. le communautarisme met les musulmans sur la défensive (voir le déni) et les rend très hostiles à toute critique (bien fondée soit-elle). Le moindre mot désobligeant pousse les gens à crier au racisme et à l’islamophobie, comme on a pu le voir dans l’histoire du petit voyou d’origine maghrébine qui voulait privatiser un bout de plage en corse. Ce dernier à eu le « soutien » de beaucoup gens alors qu’il ne mérite que la colère.
  5. Cette espèce de solidarité tribale avec des gens qui ne la méritent pas, donnent aux racailles et aux islamistes un jocker pour échapper à la punition, celui de la pleurniche victimaire .
  6. Qui dit aucune punition, dit récidive… et le cycle vicieux continue…

A la fin, nous obtenant des débats de sourds peu rationnels, sur des mesures qui, in fine, n’auront quasiment aucun impact sur notre société.  Aucun des deux problèmes majeures ne sera réglé, ni la criminalité, ni les agissements des islamistes. Résultat des courses: plus de frustrations des les non-musulmans et plus de frustrations pour les musulmans… tout ça pour que des rentiers de la politique puissent enfumer leurs électeurs avec des postures grotesques.

 

Du coup on fait quoi ?

Pour les musulmans :

Nous devons faire preuve d’intelligence sociale, et sortir du déni. Nous avons bien deux problèmes majeurs dans notre communauté, l’islamisme et la délinquance. Il faut qu’on prenne le taureau par les cornes. Avec tout ce qui s’est passé comme atrocité djihadiste on peut faire preuve d’empathie et comprendre que certains symboles peuvent être ressentis comme de la provocation.

Pour les non musulmans :

Il ne faut pas céder à la facilité et faire des procès d’intention à tout-va. D’autant plus que 99% des problèmes cités avant, sont l’oeuvre d’hommes entre 15 et 35 ans. Les femmes sont rarement impliquées dans ces affaires. Il ne faut pas lutter contre les mauvaises personnes. C’est injuste et contre-productif. Lutter contre les liens diplomatiques avec les pays du golf notamment les partenariats militaires et économiques aurait plus de sens.

Pour les politiciens :

Comme dirait l’autre, le burkini c’est cette combinaison qui cache le corp des femmes, et la médiocrité des…

 

 

One thought on “Burkini: c’est quoi le problème au juste ?”

  1. Désolé je suis pas d’accord à partir du deuxième paragraphe. Le premier « problème » du voile date de 1989, bien avant ces histoire de « racaille  » et de terrorisme en France, donc non, on a le droit de défendre nos droit en tant que citoyen Français à part entière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *